top of page
  • Photo du rédacteurNathalie Héritier

Des mots pour mettre en image le monde invisible qui nous habite



Parler de la mort, du manque, de la douleur, d'amour, écrire , trouver les mots justes, c'est une manière de déposer un peu de beauté et de poésie au cœur de nos souffrances.

Dans mon recueil de textes LÀ, j'ai tenté de rendre palpable le monde invisible qui nous habite, de mettre en image des ressentis universels et intimes.

Si vous êtes intéressés, vous pouvez le commander directement chez moi.

Un extrait:


Les morts ne sont pas sur la terre. Ils sont dans le souffle de l’air, dans la chaleur du feu, dans l’ombre et dans la lumière.

Les morts ne sont pas morts.

Ils vivent dans les liens qui nous unissent,

dans les rencontres et dans les regards complices.

Les morts ne sont pas loin.

Ils sont dans une larme qui coule, dans un soupir, dans un murmure et dans tous les sourires.

Les morts ne se reposent pas. Ils veillent et guident nos pas,

tracent des chemins, sèment des graines invisibles qui fleurissent ici-bas.

Les morts ne sont pas dans notre mémoire. Ils vibrent dans nos cœurs, peuplent nos rêves, nous délivrent et soulagent nos malheurs.

Ecoutez vos morts, accueillez-les dans votre quotidien,

Malgré la peine et la douleur, séchez vos larmes, et donnez-leur la main...

Bâtissez des ponts entre les rives, ouvrez vos bras à la vie parfois cruelle.

On ne peut séparer les défunts des vivants. On ne peut séparer la vie de la mort. Deux forces, deux sœurs éternelles...

Nathalie Héritier


32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

댓글


bottom of page